Jonquière - Jimmy Voyer

Élection Générale 2018 - Parti conservateur du Québec (PCQ) - Jonquière - Jimmy Voyer

Le Parti conservateur du Québec est fier de présenter la candidature de Jimmy Voyer dans la circonscription Jonquière

Biographie


Résident de Saguenay, jeune marié depuis 2012 et père de deux beaux enfants de 3 et 5 ans, Jimmy Voyer s’est enrôlé dans les Forces armées canadiennes (FAC) en 1994. Cinq ans plus tard, il est déjà déployé en Ex-Yougoslavie avec l’Escadron de reconnaissance du 12 RBC dans le cadre de la mission SFOR de l’OTAN, qui avait pour but d’implémenter un environnement stable et sécuritaire sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine. En 2003, il quitte les armes de combats pour joindre le Service du Renseignement des FAC et a été affecté à l’Escadron 433 de Bagotville, après avoir complété sa formation de Spécialiste du renseignement à Kingston en Ontario. Déployé en Afghanistan en 2008 avec l’Escadre aérienne canadienne sur la base de Kandahar, il a fait partie de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS). Son rôle consistait à appuyer l’effort aérien canadien de l’OTAN en Afghanistan. Deux ans plus tard, il a été déployé au Qatar pour occuper le poste de ¨ISR Master Air Attack Planner¨ au Centre multinational d'opérations aérospatiales de Al Udeid. Il était responsable de la planification des missions de drones et autres plateformes ISR pour le Commandement Central (CENTCOM) américain. À son retour de mission, il fut muté à l’École du renseignement de Kingston où il a été responsable de l’instruction aérienne pendant 3 ans.

Dès l’hiver 2013, Jimmy Voyer est promu au grade de Major et revient à Bagotville pour occuper le poste de Chef du renseignement de la 3e Escadre. Il a pris sa retraite des FAC après un peu plus de vingt ans de loyaux services. Depuis, il s’est spécialisé dans le domaine de la technologie Blockchain et du Bitcoin. Il complète présentement un certificat dans le domaine des Fintech avec l’Université Oxford.

Son intérêt pour la politique et l’économie s’est accru à partir du printemps 2012 alors que les étudiants manifestaient dans les rues du Québec. Il croit ardemment qu’un retour à des valeurs plus conservatrices est nécessaire pour que notre province continue de prospérer et puisse prendre sa place dans le monde.