Adrien Pouliot répond à l'Actualité

Voici les réponses de notre chef Adrien Pouliot aux questions posées aux chefs des partis présents à l'Assemblée nationale

(1) Quel est le grand enjeu de cette élection?

Quelle proportion des trop-perçus de taxes devraient être retournés en baisses d'impôts aux Québécois?

Question1.png

(2) Y a-t-il un problème important dont on ne parle pas assez ?

La croissance ininterrompue de la bureaucratie québécoise.

Question2.png

(3) Y a-t-il un trésor caché, quelque chose qui va bien, dont on devrait parler davantage ?

L'ouverture de nos jeunes sur le monde.

Question3.png

(4) Est-ce que le débat sur la place du Québec au sein du Canada est terminé ?

Le débat sur la souveraineté est terminé. Il faut plutôt discuter de comment le Québec peut reprendre le leadership de la fédération canadienne qu'il a perdu dans les années '70.

Question4.png

(5) Est-ce que l'identité québécoise est menacée ?

La langue française est plus vivante qu'elle ne l'a jamais été au Québec. Là où il faut être prudent, c'est l'intégration de nos immigrants aux valeurs de démocratie occidentale si chères aux Québécois.

Question5.png

(6) En tant qu'aspirant premier ministre, vous allez peut-être devoir composer avec un certain Donald Trump aux États-Unis. Quel est son impact sur le Québec et la politique québécoise ? Et comment vous y pendrez-vous avec lui ?

J’appuie plusieurs de ses politiques, notamment baisses du fardeau fiscal et réglementaire. Il faut maintenant travailler avec lui pour faire un "deal" au niveau du commerce international qui sera bon pour l'ensemble des Québécois, autant les exportateurs que les consommateurs. Il faut cesser d’être hypocrite et de parler deux deux côtés de la bouche en disant qu’on est pour le libre-échange tout en voulant maintenir une foule des barrières aux importations américaines.

Question6.png

Plusieurs citoyens ne font plus confiance aux politiciens. Pourquoi devraient-ils vous croire pendant cette campagne?

Parce que je ne suis pas un politicien de carrière et je ne veux pas en devenir un.