LA JUSTICE : POUR LE PCQ, C’EST UNE PRIORITÉ… MAINTENANT!

Accompagné du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, le chef du Parti conservateur du Québec et candidat dans Chauveau, Adrien Pouliot, a martelé que, contrairement au chef caquiste François Legault, un gouvernement de son Parti ferait de la justice une priorité.

« Notre système de justice a été laissé pour compte par le gouvernement Couillard et maintenant, François Legault annonce que le système demeurera un enfant pauvre d’un gouvernement caquiste. Au Parti conservateur du Québec, la justice sera une priorité », a-t-il insisté.

M. Pouliot a rappelé que le Québec détenait le championnat dans plusieurs domaines en ce qui regarde la criminalité :

Le plus grand nombre de crimes intra familiaux

Le plus grand nombre de criminels reconnus criminellement non responsables (45% de tous les cas au Canada)

Le plus haut taux de criminalité lié au crime organisé

Le plus haut de crimes à caractère sexuel, surtout chez les enfants

Les délais les plus longs pour la tenue d'un procès

Un des plus hauts taux de remise des procédures judiciaires

L'un des taux les plus élevés d'abandon des poursuites criminelles (50%)

La charge de travail la plus élevée chez les procureurs de la couronne (200 dossiers par procureur en comparaison à 120 en Ontario)

Un des taux de réincarcération les plus élevés au Canada, soit plus de 70%

Un taux de délinquance en hausse chez les jeunes (+10% au cours des 10 dernières années chez les 12-17 ans en comparaison à -50% en Colombie-Britannique), ce qui démontre l’échec de nos programmes de réhabilitation.

 

Le sénateur Boisvenu a tenu à réitérer sa déception vis-à-vis le chef caquiste François Legault qui a déclaré cette semaine que l’adoption d’un registre québécois public des prédateurs sexuels dangereux ne serait pas une priorité d’un gouvernement caquiste.

 

Selon le sénateur, « Les victimes se battent depuis plus de 15 ans pour un tel registre public dont le coût pour sa mise en œuvre est presque nul. Il est inacceptable qu’au Québec, un prédateur sexuel dangereux sentencié à une peine d’emprisonnement de 2 ans moins un jour soit remis en liberté sans qu’aucun signalement ne soit émis aux différents corps policiers au Québec. Ceci se compare aux 3 000 signalements annuels qui sont faits par la GRC lors des libérations de prédateurs sexuels dangereux condamnés à des sentences de plus de 2 ans et un jour »

Et M. Boisvenu d’ajouter : « Contrairement au Québec, la majorité des provinces anglophones rendent déjà publiques les libérations de prédateurs sexuels dangereux, dont l’Ontario, laquelle province fait près de 60 arrestations préventives annuellement, ce qui fait en sorte que de nombreuses potentielles victimes sont épargnées. »

Le sénateur Boisvenu a interpellé M. Legault en lui demandant pourquoi, en tant que possible prochain premier ministre du Québec, « éviter à d’innocentes femmes et d’enfants sans défense de souffrir inutilement d’horribles drames sexuels n’est pas une priorité pressante pour vous? »

M. Pouliot a conclu en affirmant que le Parti conservateur du Québec reconnaît à tous le droit fondamental à la sécurité de sa personne et de ses biens et reconnaît que pour y arriver nous devons collectivement être plus fermes dans l’administration de la justice et dans la protection de la sécurité publique. « Nous accorderons au système de justice les budgets nécessaires pour qu’il puisse remplir les mandats que nous lui confions ».

 

MM. Boisvenu et Pouliot ont convié ceux et celles qui veulent un système de justice plus ferme à une Marche Blanche organisée par PECAS Protection Enfants Contre Agressions Sexuelles - Registre le 15 septembre 2018; départ du CÉGEP Garneau, 1660 boulevard de l’Entente, Québec.

-30-

Pour plus d’informations, contactez : Nicolas Boni-Rowe

Responsable des communications du Parti conservateur du Québec pour l’élection 2018

514-774-2664

nbonirowe@pcquebec.ca

 

Version PDF