Programmes sociaux

Découvrez notre programme : Programmes sociaux - PCQ - Parti conservateur du Québec

programmesociaux.png

Réforme de l’aide sociale

Le Parti conservateur du Québec croit au maintien d'un filet de sécurité sociale pour les Québécois qui sont dans le besoin même s'ils font déjà tout ce qu'ils peuvent pour s'aider eux-mêmes, et pour ceux qui sont incapables de s'aider eux-mêmes, comme les personnes handicapées.

«La meilleure façon de tuer un homme, c’est de le payer à ne rien faire», chantait Félix Leclerc. C'est dans cette optique que le Parti conservateur du Québec réformera l’aide sociale afin de permettre au plus grand nombre possible de Québécois d’occuper un emploi. Si une personne est incapable de s’insérer sur le marché du travail par manque de formation, elle se verra offrir un parcours de réinsertion pour améliorer ses qualifications (cours d’alphabétisation pour les analphabètes, reprise des études secondaires pour les décrocheurs, francisation pour les anglophones et les allophones, etc.). Pour les personnes sans emploi admissibles, le retour aux études à temps plein sera facilité.

À défaut d’obtenir un emploi dans un délai raisonnable après sa période de formation, celle-ci devra contribuer 35 heures de bénévolat par semaine auprès d’un organisme de bienfaisance. Nous limiterons également à 5 ans la période maximale pendant laquelle une personne apte au travail et sans contraintes sévères à l'emploi pourra toucher des prestations d’aide sociale.

 

Comité de révision des programmes sociaux

Un gouvernement du Parti conservateur du Québec mettra périodiquement sur pied un comité de révision de tous les programmes sociaux qui sera chargé d'évaluer si ceux-ci contiennent des aspects qui dissuadent les prestataires de travailler. Ces aspects seront ensuite corrigés.

 

Rente permanente sans pénalité

Un gouvernement du Parti conservateur du Québec ramènera le programme de remplacement des prestations pour les gens atteints d'une contrainte sévère et permanente à l'emploi par une rente permanente sans pénalité (par exemple si on a un conjoint, un emploi à temps partiel ou un héritage).

 

Aucun impôt à payer pour les travailleurs au salaire minimum 

Un gouvernement du Parti conservateur du Québec s'engage à augmenter l'exemption personnelle de base et la prime au travail jusqu'à ce que les deux combinées procurent aux travailleurs au salaire minimum à temps plein un revenu libre d'impôt. Ensuite, l'exemption personnelle de base et la prime au travail seront toutes les deux indexées en même temps que la hausse du salaire minimum à tous les ans, soit le 1er mai.

 

Respecter les valeurs et les priorités des Québécois en matière d'oeuvres de bienfaisance

Un gouvernement du Parti conservateur du Québec s'engage à cesser progressivement de subventionner directement tous les organismes caritatifs, et à remettre les sommes d'argent ainsi épargnées aux Québécois sous la forme d'une bonification du crédit d'impôt pour les dons de bienfaisance. Ainsi, plutôt que de confier ces décisions à des politiciens ou à des fonctionnaires, les Québécois décideront eux-mêmes des causes qui leur tiennent assez à coeur pour mériter leur argent.

 

Véhicules neufs plus abordables pour ceux qui en ont vraiment besoin

Le programme de rabais à l'achat ou à la location d'un véhicule électrique du gouvernement libéral subventionne l'achat de voitures neuves que les Québécois les plus démunis n'ont pas les moyens de se payer, même au montant maximal de 8000$ que peut atteindre se rabais. Pire encore, la Loi visant l’augmentation du nombre de véhicules automobiles zéro émission au Québec afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018, fera augmenter le prix des véhicules les plus abordables, soit les voitures sous-compactes à essence. Bref, avec ces deux politiques libérales, une famille démunie qui habite dans une ville non desservie par le transport en commun ou l'autopartage, et qui n'a donc pas le choix de se procurer une automobile, se trouvera à payer indirectement pour la voiture électrique de luxe d'un célibataire nanti qui habite dans un quartier cossu en pleine ville.

C'est pourquoi un gouvernement du Parti conservateur du Québec s'engage à cesser de subventionner l'achat de voitures électriques et à forcer les concessionnaires automobiles québécois à en vendre. Comme le coût de cette nouvelle technologie ne cesse de diminuer et comme l'autonomie des batteries ne cesse de s'améliorer, les voitures électriques seront bientôt accessibles à l'ensemble des Québécois et ce, sans aucune intervention du gouvernement.