Lettre de Chris Alexander

Lettre de Chris Alexander - PCQ - Parti conservateur du Québec

le 5 mai 2017

M. Jean-Nicolas Marchand

Président du parti conservateur du Québec

jn.marchand@particonservateurquebec.org

 

Cher M. Marchand,

J’accuse réception de votre lettre, datée le 17 janvier 2017, qui était adressée à tous les candidats à la chefferie du Parti Conservateur du Canada.

Étant donnée les liens tant d’idées qu’humains qui réunissent nos partis, je tiens à vous remercier de votre démarche très appréciée visant à faire fructifier nos relations.

En tant que Chef, je me fierais à la lettre de l’Article 15.1 de notre Constitution, qui nous défend de s’ingérer au niveau provincial, mais nous oblige d’entretenir des relations directes.

(« Le Parti ne forme pas de partis politiques provinciaux. Le Parti établit et maintient des relations avec les Partis conservateurs provinciaux existants. »)

 

Je suis très conscient de l’histoire de notre parti au Québec depuis la Confédération, et surtout de notre déclin après 1896 et disparition entre 1935 et 2012.

Vos efforts déjà effectués pour raviver cette grande tradition sont d’une importance primordiale pour notre mouvement, pour le Canada -- et pour le monde démocratique élargi.

Les intérêts économiques du Québec et de Montréal n’ont jamais cessés d’avancer pendant la période ou le Parti conservateur du Québec, et par la suite l’Union nationale, étaient des forces politiques de premier plan.

Le poids démographique des Francophones au Canada n’a pas diminué entre 1867 et 1950. D’après moi, la renaissance durable de nos partis au Québec doit passer par un effort de promouvoir le français comme langue de travail, de communauté, de culture et d’affaires dans toutes les régions du Canada, ainsi qu’à l’étranger.

Je suis fier d’être le seul candidat dans cette course actuelle à notre chefferie à proposer des initiatives concrètes à cet égard. Je vous en fait parvenir une copie en pièce jointe.

À mon point de vue, vous êtes le seul « parti conservateur provincial existant » au Québec. Je m’apprêterais à approfondir nos relations dès mon élection comme chef le 27 mai.

Mais je n’entretiens aucune illusion quant à l’échelle de nos défis : il continuera d’incomber à nos deux partis de recruter des militants ayant de l’expérience chez d’autres formations politiques, ainsi que d’inspirer et de former une nouvelle génération prête à consacrer leurs efforts à la promotion des principes dont nous connaissons la valeur.

La pierre angulaire de notre stratégie pour faire resurgir le mouvement conservateur au Québec devraient être une forte coopération entre nos partis, ainsi que (i) des initiatives innovatrices pour favoriser l’utilisant du français partout au Canada, (ii) l’élargissement à partir du Québec du nombre de compagnies canadiennes ayant une perspective mondiale, ainsi que l’expansion de nos exportations vers l’Europe et d’autres marchés et (iii) la résolution de défis de société prioritaires sur la base de « l’équilibre entre la responsabilité financière, les politiques sociales progressistes et les responsabilités et droits individuels. »

Pendant cette campagne je vais continuer à proposer une vision d’un Nouveau Canada capable de réaliser son plein potentiel.

Je vous saurais gré d’exprimer à M. Adrien Pouliot, ainsi qu’à tous les membres de votre équipe, mes remerciements les plus vifs pour votre ouverture et de votre élan de coopération.

Très sincèrement,

 

 

Chris Alexander

Candidat à la chefferie du Parti conservateur

du Canada

chris@chrisalexander.ca

(905) 626 7517