Langue - Équipe Adrien Pouliot - Parti conservateur du Québec - PCQ

Langue - Équipe Adrien Pouliot - Parti conservateur du Québec - PCQ

Prospérité économique et linguistique vont de pair

 

langue.pngLes enjeux linguistiques sont parmi ceux qui génèrent les débats les plus houleux au Québec. Le Parti conservateur du Québec se présente comme celui qui élaborera les solutions les plus inventives et les plus rationnelles aux problèmes soulevés et cela, dans le respect de tous et de façon éthique.

Une économie forte à la rescousse de la langue française

C’est une «langue belle» et elle représente le symbole culturel le plus puissant des Québécois. Notre parti s’engage à être son ardent défenseur au Québec et au Canada, de façon à ce qu’elle puisse, par effet d’entraînement, rayonner aussi à l’extérieur du pays. Cet engagement constitue donc un des fondements de notre programme politique.

Au Canada, sa promotion sera au premier plan des relations avec le gouvernement fédéral ainsi qu’avec les autres provinces et territoires. La promotion du français dans toutes les institutions publiques et la promotion des programmes d’immersion et des échanges étudiants seront nos objectifs mesurables. Ils seront mis en œuvre avec doigté, de façon constructive et sans arrogance. Ainsi, avec détermination, le Parti conservateur du Québec s’engage à protéger et à promouvoir le français au pays. Nous visons un Canada plus bilingue et plus harmonieux où le français a toute sa place.

Dans la mesure de ses possibilités et de ses responsabilités, un gouvernement conservateur du Québec favorisera l’épanouissement de la langue française au niveau international, particulièrement par le biais d’activités artistiques et de programmes d’échange. Notre but sera non pas de créer des barrières entre communautés linguistiques, mais plutôt des ponts qui les rapprocheront.

Un gouvernement du Parti conservateur du Québec fera la promotion du développement de la langue française considérant la loi 101 actuelle, en misant davantage sur l’attraction du français plutôt que sur la coercition.

Par ailleurs, notre amour de la langue française ne se traduit pas par une crainte des autres langues. Pour pouvoir se développer et s’épanouir à travers le monde, les Québécois, et surtout nos jeunes, doivent apprendre d’autres langues, notamment l’anglais. Un gouvernement conservateur du Québec fera une priorité de rehausser la qualité de l’enseignement de la langue française dans les écoles primaires et secondaires du Québec et exigera comme norme minimale que tous les étudiants québécois aient une connaissance fonctionnelle de la langue anglaise comme condition d’obtention du diplôme d’études secondaires.

Nous adopterons, comme gouvernement, des politiques économiques et fiscales qui mettront fin au déclin relatif que connaît le Québec depuis cinquante ans. Une économie forte contribuera à l’épanouissement du français et augmentera son attrait. On mettra fin à l’exode de nos concitoyens et on attirera ici des nouveaux venus qui seront heureux de venir y travailler en français.

Les communautés linguistiques minoritaires seront accompagnées et encouragées à adopter notre langue comme un enrichissement mutuel. Nous mettrons fin à toute perception de xénophobie linguistique de la part du gouvernement.