Immigration

Découvrez notre programme : Immigration - PCQ - Parti conservateur du Québec

Du travail avant tout

immigration.pngLe Parti conservateur du Québec est favorable à l’arrivée d’immigrants au Québec. Les immigrants peuvent contrebalancer en partie notre décroissance démographique et peuvent enrichir le bassin de notre main-d’œuvre.

Au-delà de ces considérations utilitaires, le Parti souhaite que le Québec soit une terre d’accueil où l’intégration des nouveaux venus se fasse de la façon la plus harmonieuse possible. Nous aurons ainsi un influx de futurs citoyens prêts à aimer et à adopter nos coutumes dans la liberté et l’échange. La sélection d’immigrants visera donc l’équilibre entre besoins démographiques, économiques et culturels.

Les moyens retenus par le Parti conservateur du Québec pour atteindre ces objectifs sont au nombre de trois :

  • une sélection éclairée d’immigrants, notamment en mettant l’accent sur l’intégration à l’économie du Québec (selon les besoins de main-d’œuvre ou les capacités entrepreneuriales);
  • une politique d’accueil où l’apprentissage de la langue et la familiarisation avec notre histoire et nos traditions sont primordiales; et surtout
  • une politique efficace d’intégration au milieu du travail dans le domaine de leurs compétences, notamment par une reconnaissance des compétences acquises à l’étranger.

La question des accommodements soi-disant raisonnables vis-à-vis des immigrants nous interpelle aussi. Nous l’abordons de la façon suivante : définition claire du problème (notamment en distinguant la sphère publique de la sphère privée), utilisation des outils existants et solutions appropriées et minimalistes fondées sur le caractère raisonnable de l’accommodement demandé et non sur la raison pour laquelle il est demandé.

Une intégration réussie au marché de l’emploi fait partie de la solution. Les immigrants, comme tout citoyen, doivent subvenir à leurs propres besoins et à ceux de leur famille. Des citoyens libres assument leurs obligations, la responsabilité de leurs choix et les conséquences de leurs actes sans attendre que l’État le fasse à leur place. Par ailleurs, intégration ne veut pas dire assimilation. S’intégrer, c'est prendre part à la vie économique (en travaillant, en investissant ou en démarrant une entreprise), et en prenant à cœur son environnement immédiat, sa ville, sa communauté. L'intégration ne se fait pas si, d’une part, le marché du travail est trop rigide ou fermé et, d’autre part, si les programmes sociaux sont trop généreux.

Les chartes des droits et des libertés contiennent les grands principes qui doivent jalonner nos pratiques. Les libertés individuelles et la laïcité de l’État seront respectées. Lors de la sélection, les immigrants seront informés de cette situation. Le bon sens et le désir de vivre ensemble nous guideront dans l’application des lois et des règlements ainsi que pour la résolution des cas particuliers. Nos valeurs fondamentales seront respectées et les problèmes ne seront pas magnifiés pour des raisons politiques ou idéologiques. Nous reconnaissons que l’intégration n’est pas une voie à sens unique mais requiert un effort de tous. La patience, la pédagogie, l’empathie et le respect seront nos mots d’ordre pour l’accueil et l’intégration des nouveaux Québécois. Par contre, il n’y a pas de raison pour que l’État encourage les intégristes et les radicaux et nous veillerons donc à ce que ceux qui portent ces idées ne soient pas subventionnés par l’État et ne soient pas mis à contribution dans l’intégration des nouveaux arrivants. Quant à la laïcité de l'État québécois, les employés des secteurs public et parapublic ne pourront faire passer leur religion avant les services qu'ils doivent livrer à la population. Le Parti conservateur du Québec s'engage aussi à abolir la Loi favorisant le respect de la neutralité religieuse de l’État et visant notamment à encadrer les demandes d’accommodements religieux dans certains organismes, qui ne va pas assez loin et qui est problématique car le concept de «neutralité religieuse» n'est pas assez bien défini. Celle-ci sera remplacée par une Loi sur le respect des religions et la laïcité complète de l'État, qui s'appliquera à l'ensemble des ministères et organismes des secteurs public et parapublic.