La transparence, une recette gagnante dans le monde des garderies familiales

Annie nous mentionne que, même s'il y a des pommes pourries dans le domaine, les parents auront toujours le choix d'aller ailleurs. Pour promouvoir son service, elle joue la carte de la transparence en étant en communication avec les parents et en leur partageant des photos des activités. Elle s'inquiète tout autant des impacts que pourraient avoir la loi 143. Nous vous invitons à lire la lettre qu'elle nous a écrite.

Bonjour,

 

Je suis une responsable en milieu de garde depuis plus de 7 ans. J'ai décidé de me réorienter vers les enfants suite à la venue de ma petite fille afin de bien consolider travail et famille. Je suis une travailleuse autonome et j’opère un service de garde en milieu familial privé. Mon conjoint et moi avons investi beaucoup dans mon milieu. Nous avons agrandi notre résidence afin d'offrir des installations sécuritaires et adaptées pour les petits. Depuis mon ouverture, j'ai toujours suivi les règles et les lois que le ministère nous demande même en étant privé. Dès le début, j'ai suivi une formation de 45 heures et mon cours de RCR afin de pouvoir être à l'écoute des besoins sur les diverses sphères du développement. De plus, chaque année je suis des formations de perfectionnement afin d'augmenter mes connaissances envers les enfants. J'ai un programme éducatif que je suis comme le ministère nous demande, « Jouer c'est magique! », que j'ai mis en place encore une fois pour le bien-être de l'enfant.

 

Je n'ai peut-être pas le titre d'une éducatrice, mais je peux vous confirmer que les enfants qui fréquentent mon service de garde évoluent très bien chez moi par diverses activités dirigées. Je peux vous le confirmer en vous envoyant des photos puisque je prends des photos tous les jours de mes activités et ateliers afin de les transmettre aux parents par le biais d'agendas électroniques. Une dame vient mensuellement chez moi offrir un service d'éveil à la musique ou de motricité afin de développer de nouvelles connaissances.

 

Mes menus sont envoyés par courriel tous les mois et j'ai 6 semaines de menus où les enfants ne mangent pas le même repas. Potages, légumes, repas et desserts santé leur sont servis. Les seuls moments où le repas n’est pas « santé » sont lors de journées spéciales, telles que l’Halloween ou Noël. Les journées où les enfants ne sont pas dans l'énergie de faire des activités, je respecte leur besoin. En fait, je suis ce que vous nous demandez, être à l'écoute du bien-être de l'enfant. Donc, je crois que mon milieu est un service de garde de qualité, même si je ne suis pas reconnue.

 

Les parents que je côtoie tous les jours utilisent mon service de garde depuis maintenant 2014, et ils seront avec moi encore longtemps puisque lors du départ de leur aîné(e) pour l’école, les frères et sœurs viennent prendre les places disponibles, ce qui permet de réunir les fratries. Donc, l'utilisation du guichet unique apporterait la séparation de plusieurs familles et compliquerait la logistique de ces familles. Les parents sont très satisfaits de mon travail et les enfants avec qui je passe la plus grande partie de ma journée sont aussi très contents de venir me rejoindre le matin. De plus, en 7 ans, je n'ai jamais eu de difficulté à combler mes places même que j'ai une liste d'attente où les parents me demandent de les contacter aussitôt qu'une place se libère, bien que leur enfant fréquente présentement un autre service de garde.

 

Ce projet de loi qui amène à vouloir baisser nos ratios aura des conséquences très importantes sur nos salaires, les traiteurs, les personnes qui fournissent des ateliers mensuels, les ventes des agendas de communication et j'en passe. Dans mon cas, ma fille n’ayant pas encore 9 ans, je devrais passer de 6 à 3 enfants. Comment voulez-vous qu'on réussisse à payer les factures avec un ratio diminué de moitié? Seriez-vous capable d'accepter la baisse de la moitié de votre salaire? Les parents peuvent-ils avoir le choix d'envoyer leur enfant où ils veulent? Selon leurs besoins? Leurs valeurs? Et pour ceux qui travaillent aux heures non régulières de soir ou de nuit, avez-vous pensé à tout ce que cela engendre? Donnez-leur la possibilité de décider ce qui est mieux pour eux selon leur condition de vie!

 

Je comprends que certains services de garde ne respectent pas les ratios, qu'il y a des abus et que certains n'offrent pas de milieu dit de qualité, puisque les enfants ne font rien de leur journée. Dans chaque domaine, il y aura toujours des pommes pourries, mais nous mettre tous dans le même panier ne me convient pas, surtout que je travaille beaucoup d'heures pour offrir des repas santé, des activités variées, des installations sécuritaires qui me demandent beaucoup d'investissement afin de me démarquer et d'offrir un service hors pair. Alors j'aimerais que vous preniez un peu de votre temps pour réfléchir à tout cela. Je vous offre de venir visiter mon service de garde. Vous allez être agréablement surpris de mes installations qui sont exemplaires. Je vous envoie également des photos pour vous prouver à quel point je travaille pour offrir un service de qualité.

 

Je vous remercie de votre temps et j'espère que le projet de loi sera révisé et analysé en prenant en considération les nombreuses conséquences que cela apportera pour de nombreuses familles.

 

Annie Blouin